Hourra! Un dyslexique dans ma classe!

Depuis mon arrivée en France en 2002, j’ai constaté un décalage d’informations et de formations concernant la dyslexie. Ne vous inquiétez pas, cet «handicap» n’est pas un phénomène nouveau et de plus, il est international. Au Québec, j’enseignais le français et l’anglais au collège et au lycée à des délinquants juvéniles (formation adaptée). Plusieurs de ces ados avaient des troubles d’apprentissage (non diagnostiqués) et des troubles de comportement. En France, je travaille en soutien scolaire (élèves précoces) et comme intervenante auprès d’enfants dyslexiques.

Soyons honnêtes! Il y a peu d’enseignants qui se sentent à l’aise avec des élèves en difficulté et cela est tout à fait normal. Mais quand cela arrive, que faisons-nous? Réponse = notre possible, tout simplement. Mon leitmotiv : «si c’est bon pour un dyslexique, c’est bon pour le reste de la classe!» *Imaginez cette phrase avec mon accent québécois*

Les trucs ou recettes ne sont pas infaillibles, mais ils ont aidé plusieurs enseignants à prendre conscience de leur ingéniosité à créer des méthodes pédagogiques faciles à faire. En voici quelques-unes :


Les craies de couleur :

Chaque couleur doit être associée à un mot précis.
Exemple : les substantifs (noms communs) en bleu
Les élèves doivent écrire avec la même couleur dans leur cahier
C’est une association couleur-mot
Les coqs chantent tous les matins. (coqs et matins en bleu)

Écriture au tableau :

Vous demandez à vos élèves d’être propres et précis, faites de même!
Votre calligraphie au tableau doit être parfaite!

On ne sait jamais ce qu’ils vont retenir :

Il faut répéter, répéter et reformuler.
On ne sait pas ce qui se passe dans la tête d’un enfant.

Leur attention n’est pas constante, il faut se faire violence et répéter en restant ZEN.

Avoir un coin lecture :

La lecture n’étant pas leur activité préférée, leur mettre des livres à
leur disposition en tout temps (contes, BD, revues, etc.)

Si la classe le permet,disposez quelques coussins dans un «coin lecture».
But : associer la lecture au plaisir et à la détente.


Fond musical durant la lecture :

jazz, classique, new age, etc. But : apprendre à se
concentrer avec la musique et aussi l’effet calmant de celle-ci.

À proscrire :

Les contrôles …SURPRISE!!! Ne pas avertir les élèves = de la panique, du
découragement, un blocage psychologique (je vais encore échouer), etc.
Nous démolissons ce que nous avons essayé de bâtir!

En conclusion, nous devons partager nos victoires et nos déceptions pour mieux rebondir. Aussi, demandez aux enfants dyslexiques comment ils apprennent et comment ils vivent les nouvelles méthodes mises de l’avant pour un apprentissage significatif.

Catherine N. enseignante
avec l’aide de David L. enseignant
et la participation Jérémie B.L. élèves de 6e

retour page précédente